« Rythmes scolaires » : Qui a dit que ce serait facile ?

Comme toute évolution majeure, la réforme des « rythmes scolaires » attise les craintes voire les peurs de chacun :

  • D’abord les parents qui vont devoir changer leur organisation et sont inquiets de la qualité du dispositif et des intervenants qui prendront en charge leurs enfants.
  • Ensuite les enseignants, qui eux aussi doivent remettre en cause leur activité aussi bien pour ce qui concerne le planning de leurs interventions que la démarche pédagogique qu’ils seront appelés à construire avec d’autres acteurs.
  • Il y a aussi les collaborateurs potentiels du projet (animateurs, éducateurs, responsables associatifs…) qui sont tentés par la fuite compte tenu de l’ignorance dans laquelle ils se trouvent de ce qu’on va leur demander ainsi que du temps et des moyens qu’ils auront pour assumer leur tâche.
  • Sans oublier les élus et les services municipaux en charge des affaires scolaires qui se demandent dans quelle galère l’état les a plongés et ne sont pas toujours convaincus du bien-fondé de ce transfert de compétence.

Et il y a bien sûr les enfants qui ne manqueront pas d’appréhender l’efficacité de l’encadrement et la cohérence du message qu’on leur fera passer.
Comme dans tout chalenge, il existe des solutions qui passent par la mise en place d’un projet (PEDT) qui doit répondre à toutes ces interrogations et à cette inquiétude. La clé de la réussite, c’est aussi la concertation de l’ensemble de la communauté éducative et le management des personnels qui sont appelés à participer au projet.

Non, cette mise en œuvre ne sera pas facile mais d’autres pays y sont parvenus avec des progrès spectaculaires et une grande majorité des communes entrées dans la réforme en 2013 sont satisfaites des premiers résultats.

Que chacun soit convaincu que pour nos enfants, le pire serait de ne rien faire.

1 Response

  1. juillet 22, 2014

    […] Rythmes scolaires, qui a dit que ce serait facile ? […]

Laisser un commentaire