Volet transports du PPA2 : peu (beaucoup) mieux faire – Partie 2

Le volet transport et mobilité de ce PPA2 est décevant. Alors que ce secteur est à l’origine de 70 % des émissions des NOx dans la Vallée de l’Arve, plus de 624 000 poids lourds internationaux ont transité par le Tunnel du Mont-Blanc en 2017. Un trafic en hausse de 8 % (+4,8 % au Fréjus).

Lors de la campagne des élections municipales de 2014, nous avions dit que nous mettrions tout en œuvre auprès de l’A.T.M.B et de l’État, pour déplacer l’Aire de Régulation des poids lourds. Située à l’Abbaye au pied de la rampe des Egratz, elle oblige les camions à repartir à froid pour monter le viaduc. En consommant ainsi beaucoup plus de carburant et ils émettent plus de NOx et de PM10. Nous étions en droit d’attendre que l’État compétent en la matière et principal actionnaire de l’A.T.M.B, profite du P.P.A2 pour déplacer cette aire dans un secteur plus ventilé comme Cluses ou Bonneville. Cruelle désillusion.

Le Contrat de Plan État Région 2015-2020 signé sous le mandat de Jean-Jack Queyranne prévoit des investissements ferroviaires importants pour la Vallée de l’Arve comme la mise en service du Léman – Express en 2019. Pour une augmentation significative du cadencement entre La Roche sur Foron et Saint-Gervais, la ligne en direction d’Annecy doit être modernisée : automatisation complète, doublement du tronçon La Roche Reignier. Malheureusement, le Préfet a déjà annoncé la couleur en refusant un plan global évalué à plus de 200 millions d’euros. Il considère qu’il faudra faire des choix pour réduire l’enveloppe de moitié. C’est mal parti.

A souligner tout de même que ce P.P.A.2 soutient le transfert des camions sur le rail en réaffirmant le rôle de l’Autoroute Ferroviaire Aiton-Orbassano et en soulignent l’importance de la construction de la nouvelle ligne fret et voyageurs Lyon-Turin. A ce titre, nous en avons profité pour interpeller l’État qui laisse la société du Tunnel du Mont-Blanc verser les 20 millions d’euros par an de la taxe FDPITMA à son homologue du Tunnel du Fréjus, au lieu de l’affecter au report modal comme la loi l’exige. A ce jour, ce sont 120 millions d’euros issus de la route qui financent…la route. On comprend mieux pourquoi la France est à la traîne pour le transport des marchandises dans les Alpes. Sur les 42 millions de tonnes annuelles, 91% passent par la route, 8% par le train. En Suisse le tonnage équivalent transite à 70% par le train, 30% par la route.

Enfin, là où les élus et associations s’interrogent, c’est sur le financement du PPA2 estimé à 19,6 millions d’euros. L’État n’a toujours pas confirmé sa participation auprès des collectivités (intercommunalités, Département, Région). A ce titre, nous nous étonnons du silence de Xavier Roseren. Le Député La République en Marche de la 6° circonscription est membre de la Commission de Finances et résident… à Passy.

Pour terminer, nous avons précisé que contrairement à ce qui était mentionné dans la délibération, le secteur Sallanches-Passy souffre surtout des pics de pollution en hiver. La zone Bonneville-Cluses est davantage concernée par la pollution chronique comme en réfère l’étude du Ministère de la Santé publiée l’année dernière.

Par conséquent, si ce PPA2 comporte quelques avancées en matière de transport comme le renforcement des stations gaz pour véhicules fonctionnant au GNV ou un semblant de soutien au ferroviaire, un grand flou demeure. On nous parle d’une mise en place d’une Conférence des mobilités ou de Zones de circulation restreintes, alors qu’il n’y rien sur l’instauration d’un système de transports en commun au Pays du Mont-Blanc. Et ça, c’est une priorité.

Raphaël Castéra

You may also like...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.