Passerelle du Nant Bordon, un investissement dans le vide…

Ce projet est-il vraiment prioritaire ?

Lors du Conseil Municipal de juin, nous, les groupes Passy 1 Avenir et Du bon sens pour Passy, avons fait part de nos interrogations, surtout au regard du maigre dossier d’étude technique présenté. Si améliorer le passage existant du torrent peut s’entendre (pourquoi déjà ne pas rétablir la passerelle en bois comme auparavant), le coût pose question.

Sur le fond, nous avions dans un premier temps dénoncé le fait d’envisager un tel aménagement en limite de zone rouge du Plan de Prévention des Risques Naturels (voir les documents du P.P.R.N 2013). En 1983, l’ancienne route du Lac Vert avait été emportée par le Nant Bordon en raison des travaux pour assécher le Lac Gris à Plaine-Joux, à proximité du départ des téléskis du Tour et de Barmus. Or, le réseau hydraulique et l’écoulement du Nant Bordon avaient été modifiés en profondeur, conduisant à la crue et au glissement du terrain. Depuis cette date, les rives du Nant Bordon au niveau de l’ancienne route, ne cessent de se creuser et chaque orage ou fonte printanière, accentuent l’érosion. Il suffit de voir les fissures dans la partie amont de la route, pour constater que le terrain continue de bouger.

Dans le cercle jaune, le passerelle en limite de zone rouge sur le P.P.R.N de 2013

Nos deux groupes avaient dénoncé un investissement sous-évalué. D’abord annoncé à 580 000 €, il serait désormais de 689 000 €. Or, les aménagements comme la coupe forestière nécessaire et la réfection des accès amonts et avals ne sont pas chiffrés. C’est pour cette raison que nous évaluons la facture finale aux alentours du million d’euros.

Au Conseil Municipal de septembre, le Maire a indiqué que la passerelle sera accompagnée de deux nouveaux parkings au niveau de la Porte d’Eau (totems) et du Lac Vert… Une preuve que la majorité Kollibay vit encore dans les années 80 où tout était organisé autour de la voiture (il faudrait au contraire mieux réguler la circulation au niveau du Lac Vert pour valoriser le caractère naturel du lieu). Enfin, même si des subventions sont attendues, Passy va une nouvelle fois investir dans un équipement qui ne générera aucune recette directe pour la collectivité. Un investissement dans le vide…

Sur la forme, le Maire se renie une nouvelle fois.

Nous l’avions interpellé au mois de juin. Il avait alors certifié que cette demande de subvention n’exonérait pas le conseil municipal d’un débat sur la réalisation de cette passerelle himalayenne. Ce dossier a également suscité le mécontentement de plusieurs élus de sa majorité. Au Conseil Municipal de septembre, Patrick Kollibay affirmait qu’il n’était plus question de débat sur ce sujet, révélant une pratique autoritaire bien éloignée de la réflexion collective qui doit prévaloir dans une collectivité territoriale. Curieusement, il manquait 8 élus de son groupe ce soir là…

Les sommes engagées ne seraient-elles pas plus utiles à un aménagement pour les jeunes au Plateau d’Assy ou à Marlioz, ou encore à la réfection du terrain de foot synthétique avec la pose d’un vrai revêtement pour la piste d’athlétisme par exemple ? Ce ne sont pas les besoins qui manquent à Passy.

Raphaël Castéra & Michel Duby

You may also like...

Laisser un commentaire