Quel aménagement pour la Ravoire ?

La Ravoire après la destruction du bâtiment

Huit mois après la clôture de l’appel à projet, toujours rien. Aucune information n’est ressortie, rien n’a été présenté en Commission d’Urbanisme. Peut-être une fois encore le Conseil Municipal sera-t-il mis devant le fait accompli comme une grande majorité de …la majorité.

C’est pour cette raison que lors de la séance du 24 mai dernier, notre groupe a interpellé la majorité Kollibay pour savoir combien de réponses avait suscité l’appel à projet lancé l’été dernier. De la bouche de Paul Dugerdil, adjoint à l’urbanisme, il y aurait eu 6 dossiers de réceptionnés, 3 auraient été sélectionnés et feraient l’objet de demandes de renseignements complémentaires.

Rappelons que la Ravoire qui fût d’abord un sanatorium pour enfants puis un centre de vacances de la SNCF, fût rachetée sous le mandat de Gilbert Perrin pour l’équivalent d’un million d’euros. Dans le programme de notre liste menée par Anne-Marie BERLIOUX en 2014, nous avions prévu d’y réaliser une maison de retraite publique, la cuisine centrale municipale (toutes deux non déléguées à une société privée), tout en préservant le caractère paysager de cette zone. Que s’est-il passé depuis quatre ans ?

La commune a engagé à ses frais, le désamiantage puis la destruction du bâtiment en 2017 pour près de 400 000 €. Elle a lancé cet appel à projet l’été dernier avec comme date butoir fin septembre 2017.

A ce moment précis, nous avons rappelé au Maire que le Conseil Départemental avait posé comme préalable la réalisation d’une étude de circulation dans ce secteur aussi fréquenté que mal desservi. Celle-ci aurait permis d’évaluer les aménagements routiers possibles et la capacité d’accueil du secteur de la Ravoire et par conséquent, de déterminer le nombre de logements et services à créer.

La majorité a malheureusement préféré laisser ce soin aux candidats, quitte à perdre la maîtrise et la possibilité d’imposer ses choix…. Nous verrons le résultats, les riverains l’attendent probablement avec impatience.

 

 

You may also like...

Laisser un commentaire